La Viticulture Biodynamique une Autre Facon de Cultiver sa Vigne

viticulture biodynamique

Définition du principe de la Viticulture Biodynamique.

 

La viticulture biodynamique est une méthode de culture de la vigne qui privilégie la biodiversité comme dynamiser et intensifier la vie organique dans le milieu où vit la vigne.

Cela permet  d’intensifier les échanges entre le plant de vigne et l’environnement ce qui permet  d’ obtenir de meilleurs raisins et donc de meilleurs vins.

La biodynamie cherche à renforcer principalement la vitalité et la résistance des plants de vigne, en améliorant les échanges naturels entre le sol et les racines d’une part, et entre le ciel et les feuilles d’autre part.

Plus simplement,  il s’agira de favoriser les échanges entre les innombrables micro-organismes du sol et le système racinaire de la vigne en étant en parfaite symbiose avec le ciel (lumière solaire, calendrier lunaire, système solaire) et le système foliaire de la vigne, afin d’optimiser l’expression du terroir dans les raisins et donc dans le vin.

 

Les Origines de la méthode biodynamique

Cette méthode de culture et de vinification a été mise au point par Rudolf Steiner (philosophe autrichien, disciple de Goethe) en 1924, puis améliorée et développée par les chercheurs, viticulteurs et vignerons.

 

C’est en Allemagne dans les années 1920, pays précurseur dans le domaine de la culture biodynamique, qu’un certain nombre d’agriculteurs étaient préoccupés par l’état de dégénérescence dans lequel se trouvaient certaines productions agricoles, notamment les pommes de terre, les céréales, les fruits et les légumes.

Grâce aux conseils, aux publications et aux conférences données en 1924 sur les bases de la méthode biodynamique, cette méthode de fertilisation biologique a prit le rapidement le le nom d’agriculture biodynamique en 1930 puis agriculture biologique .

Déjà à cette époque, l’agriculture industrielle était mise en cause par l’utilisation généralisée d’engrais chimique et de produits phytosanitaires.

Or l’on sait que ces utilisations intensives de ce type de produit contribuent à détruire la vie des sols, sans compter la toxicité de ces produits sur la faune et la flore environnante : élimination d’insectes utiles, élimination des oiseaux, des petits mammifères, contamination des nappes phréatiques, etc. C’est dans ce contexte que certains exploitants agricoles se mirent à chercher d’autres modes culturaux, destinés à préserver la vie organique et à améliorer la qualité de leurs cultures.

 

Pour ce qui est de la France, la première ferme à avoir été convertie en biodynamie remonte en 1925 en Alsace.

L’agriculture biologique apparaît au grand jour en 1970 où elle est présente cette année-là, pour la première fois, au Salon de l’Agriculture, à Paris, porte de Versailles.

En 1973 est créé le Syndicat d’agriculture biodynamique et en 1975 apparaît le Mouvement de culture biodynamique. Ces deux associations, ainsi que la coopérative Demeter (fondée en Allemagne en 1927), sont abritées par la Maison de la Culture biodynamique de Colmar.

 

 

Mise en oeuvre du principe du Biodynamie dans la culture de la vigne

L’objectif principal est d’intensifier la vie du sol, la vie de la plante et leurs échanges.

Il existe trois catégories de préparations :

  • les préparats dynamisés
  • les préparats pour compost
  • les tisanes et décoctions

 

 Les Préparats Dynamisés.

Par l’action de ces préparats, on va aider la reconstruction de la vie du sol, voir la stimuler davantage et favoriser les échanges avec l’environnement.

La bouse de corne

La bouse de corne sert à renforcer la vie souterraine de la vigne. La bouse de corne agit sur le système racinaire de la plante et accélère la mycorhize qui désigne un type de symbiose associant une espèce de champignon aux racines de la vigne.

La bouse de corne est une bouse de vache de bonne qualité que l’on introduit dans une corne de vache et que l’on enterre pendant la période hivernale pour la faire fermenter.

 

La silice de corne

Le silicium est le constituant principal (47 %) de l’écorce terrestre.

La silice de corne c’est tout simplement du cristal de roche broyé, enterré dans une corne de vache pendant la saison estivale.

Complémentaire de la bouse de corne, la silice de corne agit sur la partie aérienne des plantes pendant leur période végétative.

Autrement dit, la silice de corne sert à accélérer la photosynthèse. 

 

Le compost de bouse

Enfin le compost de bouse, très fréquent en viticulture biodynamique, permet une bonne vie microbienne, et active la décomposition des végétaux et des matières organiques. De ce fait, il favorise une restructuration rapide des sols.

Ses composants aident à la formation de nombreux micro-organismes qui permettent de développer le complexe argilohumique du sol.

Ce compost de bouse est à épandre en novembre, juste après les vendanges,  pour améliorer la décomposition des matières organiques dans le sol.

 

Corne de bouse pour agriculture biodynamique

 

 

Les composts, tisanes et décoctions.

 

L’objectif est d’ intensifier la vie du sol, la vie de la plante et leurs échanges.

 

Les autres préparations biodynamiques sont destinées à améliorer l’action du compost et chaque compost a subi des fermentations qui le transforme en un humus aux qualités particulières, enrichi en divers éléments (calcaire, phosphore, etc.).

Les principales préparations à utiliser sont:
  • Préparation à base d’achillée millefeuille sert de régulateur vis-à-vis du potassium et aide la plante à capter des substances rares comme l’or, le plomb ou l’arsenic nécessaires à la vigne.
  • Préparation à base de camomille pour réguler le potassium et le calcium.
  • Préparation à base d’ortie pour un meilleur métabolisme du fer et de l’azote dans le compost et dans le sol.
  • Préparation à base d’écorce de chêne qui va servir à apporter du calcium vivant et à maîtriser les processus végétatifs trop exubérants, mais aussi agit comme un régulateur vis-à-vis des maladies de la vigne.
  • Préparation à base de fleur de pissenlit pour dynamiser le processus de la silice et à réguler l’action de la potasse.
  • Préparation à base de valériane officinale pour aider le sol et la plante à réguler l’action du phosphore. 

 

 

tisanes et décoctions

 

 

Quels résultats constatés sur le sol, la vigne et le raisin

Les opposants à la biodynamie, affirment qu’aucune étude comparative n’a permis de constater que la biodynamie donnait de meilleurs résultats que la culture biologique.

Y a-t-il une différence mesurable et vérifiable entre la culture biologique et la culture biodynamique, ou est-on encore dépourvu d’études qui permettent de confirmer les résultats constatés empiriquement ?

Pour vous faire votre propre opinion, localie a rassembler ci-dessous des témoignages du site vinbiodynamique.com qui apporte réflexion sur cette méthode de culture.

 

Témoignages

Jean-Marc Dournel (Domaine des Costes, Pécharmant) utilise des préparats depuis 3 ans et tient compte du calendrier lunaire depuis 5 ans. Un jour, il a fait un test qui l’a convaincu de l’efficacité de la biodynamie, et l’a incité à s’y convertir : « J’avais fait un préparat à base de fumier que j’ai dynamisé et que j’ai appliqué sur une vigne très fatiguée, qui végétait depuis 7 ou 8 ans : ça l’a relancée, alors que rien n’avait marché jusque là ».

 

Jean-Claude Rateau (Domaine Rateau, Beaune, en biodynamie depuis 30 ans) déclare: « Les préparats, on est sûr que ça marche, que ç’a de l’effet », même si « on ne peut pas le quantifier ». Le résultat est néanmoins tangible : « la vigne change de physionomie », poursuit Jean-Claude Rateau. « Ce que j’ai constaté au début, c’est que la moitié des maladies disparaissaient toutes seules, en particulier les maladies du bois, et ça s’est confirmé sur le long terme. La plante vit sa vie, et elle se bat. » Il se remémore « un exemple probant » : « On a eu un gros gel pendant l’hiver 1984-85, se rappelle-t-il. On était descendu à – 20 °C. Il y a eu beaucoup de mortalité parmi les ceps. J’avais deux parcelles qui sont reparties au printemps sans difficulté, sans avoir subi aucune mortalité. La charge minérale était plus importante et le bois a tenu, tandis que les ceps des voisins, trop chargés en azote et en potassium, ont subi jusqu’à 90 % de mortalité dans les endroits les plus abîmés. » De façon générale, ajoute-t-il, « plus la sève contient de minéraux, plus le point de congélation est bas ».

 

David Rossignol constate : « les vignes ont pas mal évoluées. Après 2, 3 ans, on a des vignes beaucoup plus saines et sereines. Au niveau parasitaire, qualité de la photosynthèse, qualité du fruit… La vigne se régule elle-même, en fait. La photosynthèse est super performante, c’est hyper satisfaisant. »

 

Bernard Duseigneur (Domaine Duseigneur, Lirac) rapporte : « On a constaté des changements spectaculaires dans les vignes et la qualité des raisins, en très peu de temps. On a été surpris de la rapidité avec laquelle ça s’est passé. »

 

Pour l’Alsacien Jean-Pierre Frick (Domaine Pierre Frick, en bio depuis 1970 et en biodynamie depuis 1981), « l’objectif, c’est que la vigne soit d’une vigueur régulée, et qu’elle soit moins sensible aux maladies. Autour de nous, il y a des vignes beaucoup plus vigoureuses, mais qui sont sensibles aux maladies cryptogamiques et qui ont des rendements plus élevés. Si c’est pour faire des vendanges en vert… »

 

Dans la vallée du Rhône, Jean Delobre (Ferme des Sept Lunes, Saint-Joseph) constate que « les vignes ont connu des baisses de rendement. Elles sont moins vigoureuses et plus résistantes ».

 

Dans le Bordelais, Jean-Christophe Estève (négociant, dégustateur, auteur d’un Guide des vins bio aux éditions du Rouergue) a pu remarquer : « Pontet-Canet[cinquième grand cru classé de Pauillac] est en biodynamie depuis trois ans. Aujourd’hui, dans ses vignes, on voit réapparaître des insectes, des abeilles, des oiseaux — bien que son vignoble soit entouré de cultures conventionnelles. »

 

Localie remercie le site vin-biodynamique.com pour les nombreuses sources qui ont permis la rédaction de cet article.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*